Feeds:
Articles
Commentaires

Il y aura toujours quelqu’un, qui, le cul vissé sur sa chaise, déballera son aigreur envers cette société qui nous rend autiste à grand coup de smartphone. Déjà entendu mille fois, plus du tout pris au sérieux, trop stéréotypé pour être crédible. Et l’article est bien trop mal écrit pour apporter point de vue ou argument constructif.

Pokemon, cet outil de lobotomisation du diable qui vient manger vos cerveaux et vous voler vos femmes ? S’il est à la mode de se réunir pour arpenter les rues à la recherche du mew, il ne l’est pas moins de cracher avec véhémence et diabolisation sur la monstrueuse création de Nintendo.

A central park, des joueurs de pokemon ont passé la soirée avec les sdf du coin, leur offrant un repas à partager ensemble, tout en attendant que se pointe le graal bestiaire. Décevant, pour des attardés lobotomisés.

Oui, il y a toujours celui qui tombera dans un trou, dans un piège, et qui se fera écraser car son regard sera plongé dans un Pikachu, un sms ou même un bouquin. Pokemon go ne crée pas des accidents, les gens créent des accidents. Croire que la technologie mène à la malveillance vise à déresponsabiliser ceux qui s’en saisissent pour de mauvaises raisons.

A cette époque où la deification de tout et n’importe quoi entraîne panique et désolation à travers le monde, il est important de rester cohérent et intelligent en évitant de prêter autant de pouvoir à un pauvre jeu vidéo à la con.
Pokemon go ne fait pas de miracle. Il promène les gens et les amuse. Il ne les rend pas plus intelligents qu’ils peuvent l’être, et n’a aucune conséquence sur leurs capacités cérébrales.
Il ne sauve personne, n’améliore pas et surtout, n’empire pas le quotidien de notre société déjà bien assez souffrante comme ça.

L’être humain étant aléatoire, il y’a forcément des gens qui ne font pas honneur à l’humanité parmi les joueurs mais ce n’est jamais la majorité silencieuse et pacifique qui fait la une des faits divers.

Cette référence à l’actualité est volontaire, puisqu’elle montre à quel point on fait glisser un débat brûlant vers un objet plus anodin, le jeu, pour y investir les mêmes symboliques.

La diabolisation, la stigmatisation, les généralisations, c’est ça qui mène à la lobotomisation d’une population qui en oublie de réfléchir avec recul et intelligence.

J’invite évidemment l’auteur de ce genre d’article (et il y en a eu tellement !) à faire les mêmes dons aux associations que moi, à avoir la même expérience du bénévolat, du volontariat à l’étranger ou du travail social, que j’exerce depuis des années auprès des populations touchées par la précarité. Je l’invite à la réflexion.

Il peut aussi m’accompagner chasser le Pokemon, et voir qu’en fait, c’est rigolo.

Publicités

Le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, et au passage, jour idéal de la vanne facile et des questions douteuses. Je fais un rapide historique, et on se lance dans la F.A.Q du beauf spéciale 8 mars.

Si vous ne comprenez pas l'article, demander à votre mari de vous l'expliquer.

Si vous ne comprenez pas l’article, demandez à votre mari de vous l’expliquer.

1) Le 8 mars, on sait pas trop comment mais on sait pourquoi

En faisant quelques recherches à l’aide de mes doigts et de google,  je me suis documentée jusqu’à réaliser qu’en fait, personne n’était d’accord sur l’origine du mouvement. On parle d’une manifestation d’ouvrières américaines, d’autres évoquent une féministe syndicaliste dont le nom me parle à peu près autant que celui du mec qui dessine les jeux sur les paquets de Choco Krispies.  Un évènement en 1911 choque la population New Yorkaise et interroge sur le travail des femmes : lorsqu’un incendie survint dans une usine textile, les patrons ont trouvé ça rigolo et pratique d’enfermer les ouvrières dedans. Cette petite blagounette n’étant pas extrêmement apprécie des familles des victimes calcinées, ils ont fait saigner leur portefeuille en guise de compensation et voilà, pouf, on en parle plus.

Sauf que. Un peu partout dans le monde, des femmes commencent à se dire que la société n’est pas toujours très sympathique avec elles. Pas de droit de vote, obéissance au mari, contraception considérée comme un crime, incapacité juridique…  Ainsi, tous les 8 mars, en Europe, entre les années 20-30, des femmes se mettent à râler et à se considérer comme des êtres humains, « égaux en droits » il parait. En plus d’être sacrément gonflées et franchement insolentes, elles ne cessent de réclamer de plus en plus de droits, non mais faut pas se gêner hein.

Tiens, ça t'apprendra vilaine.

Tiens, ça t’apprendra vilaine.

Bref en 1977, les nations unies officialisent la « journée de la femme », et la France, toujours très en avance sur les progrès sociaux la reconnait au moins cinq ans plus tard. Pour l’histoire de l’évolution des droits, je vous renvoie à google, ou au lien ici, bien que très incomplet.

Vous me direz c’est bien mignon mais ça sert à quoi ? A faire plaisir à la catégorie de la gente féminine qui n’a pas d’enfant et ne peut donc pas jouir d’une journée annuelle type fête des mères et autres célébrations avec des colliers de nouilles. Voilà, t’es contente, t’as ta journée Jennifer.

Sauf qu’accessoirement, ces journées sont consacrées au réflexions et actions visant à protéger les femmes du monde entier. Celles qui sont violentées, sexuellement agressées, celles qui n’ont pas le droit de sortir de chez elle, d’aller à l’école, et encore je vous passe les tortures toujours très inventives qu’on peut trouver dans certains pays, qui rendraient jaloux Mr Jigsaw.
Au Chad par exemple, les femmes n’ont quasiment aucun droit, et sont mariées de force à 11 ou 12 ans. 90% des afghanes sont illettrées, plus de 1000 femmes sont violées chaque jour en R.D Congo, et je parle pas des pays où on se caillasse pour le plaisir, ou l’on mutile pour l’éviter.

Mais pas que. Même dans le pays le plus socialement avancé, il reste des inégalités sur lesquelles travailler, ne serait-ce que par pur principe constitutionnel. Tout ça pour dire, le 8 mars vous n’avez pas fini d’en entendre parler.

Certes, c’est prétexte à toute sorte d’évènements fémino-bobo, qui invitent mesdames à des soirées privées vibro ou vernis à ongles, qui n’intellectualisent pas vraiment la journée en question, mais au pire, c’est pas si grave.

"La journée de la femme c'est comme les soldes non ?"

« La journée de la femme c’est comme les soldes non ? »

2) La Foire Aux Questions beauf spéciale 8 mars 

Allez, un petit best of des réflexions inappropriées.

– « On peut bien leur laisser un jour si ça leur fait plaisir, elles feront la vaisselle demain »

Sauf que statistiquement, la vaisselle est majoritairement réalisée par les hommes, qui participent de plus en plus aux tâches ménagères. Bon, c’est quand même bobonne qui se tape en moyenne la plupart des corvées à la maison, mais chez les jeunes ça bouge de plus en plus. D’ailleurs il y a une augmentation du nombre de mecs qui mettent la main à la serpillère, ainsi que de la quantité des femmes qui se mettent à la boxe thai ou au Krav Maga. Coïncidence ?


– « Ah oui ? Et pourquoi il y a pas la journée de l’homme hein »

Le 19 novembre, la journée de l’homme est célébrée dans plus de 60 pays à travers le monde. Elle permet de lutter contre les discriminations dans différents secteurs (droits de la famille, accès à certains emplois….). Et si vous trouvez qu’elle n’est pas assez médiatisée, alors à vous de bouger messieurs, je vous encourage de tout coeur à mettre l’accent dessus. Vous descendrez les poubelles demain.

– « Encore un truc de féministes qui savent plus quoi inventer. Vous voulez être comme les hommes mais vous voulez quand même passer les porte avant nous »

Le féminisme, c’est la volonté d’une égalité des droits entre les sexesC’est donc aussi bien dans l’intérêt des hommes que des femmes. Ça n’a rien à voir avec la porte ou les sièges à céder dans le métro. Si les féministes voulaient être comme des mecs, elle se feraient greffer un pénis ou boufferaient des hormones jusqu’à percevoir leur pomme d’adam dans le miroir de la salle de bain. Théoriquement, (c’est pas systématiquement le cas) elles ne veulent désexualiser personne, mais donner les mêmes chances à tout le monde.
C’est rigolo en France, le terme « féministe » c’est comme un gros mot. Un cliché honteux qu’on prononce à demi-mots de peur d’être perçue comme un animal enragé, qui en veut à tous les objets masculins de la terre et qui veut les écraser de sa puissance oestrogénique jusqu’à vivre en harmonie entre copines dans un monde sans bite.  C’est toujours fascinant, les fantasmes de castration.

Catherine n'a rien contre les hommes, mais s'ils passent la porte avant, elle les bouffe.

Catherine la féministe n’a rien contre les hommes, mais s’ils passent la porte avant, elle les bouffe.

 – « C’est commercial, tout ça pour que je t’achète des fleurs à la con »

Personne ne vous demande de féliciter les femmes pour être nées avec deux chromosomes X. Si vous aimez payer des vacances à votre fleuriste, vous pouvez claquer votre salaire en bouquets, mais c’est pas tellement le but de l’opération. J’ai pas le souvenir que les femmes furent un jour privées du droit de recevoir des cadeaux, donc la symbolique m’échappe un peu.

– « Bon alors vendredi prochain, c’est Bridget Jones en pyjama et pot de nutella à volonté ? » 

Toutes les filles n’aiment pas forcément les films qui leurs sont beaucoup trop explicitement destinés. Je connais plus de congénères qui vomissent twilight et trépignent d’impatience devant la bande annonce de World War Z, plutôt que de filles qui ne comprennent pas pourquoi Jennifer Aniston n’a jamais eu d’Oscar.
Le Nutella, c’est plein d’huile de palme.

Je sais que j’en oublie, mais toi aussi, éventuel lecteur, n’hésite pas à me raconter les jolies réflexions sexistes que tu pourras entendre le 8 mars.

Sinon malgré le fait que je suis extrêmement peu productive, je remercie les visiteurs quotidiens qui viennent surement par hasard en googlant n’importe quoi. C’est quand même gentil d’être passé, mais sérieusement, on sait tous que vous avez mieux à faire que de chercher « scene de femmes qui sucent et avalent du sperme sans attraper de verus sur mon ordinateur »

(Je cite. Et c’est loin d’être les pires keywords, les récents sont tellement sales que je me sens pas de les recopier sans brûler le bout de mes doigts après)

Valentine history X

Aah, le 14 février, ses roses flamboyantes, ses boites de chocolats en forme de cœur,  ses diners romantiques et ses petites gâteries sous la ceinture. Tant de codes sociaux et d’obligations amoureuses qui nous pourrissent le mois de février et font passer les célibataires pour des parias. Il est habituel de lire les traditionnels articles de détracteurs qui crachent sur l’aspect « commercial » de l’évènement, sur les clichés qu’il véhicule ou sur le manque d’originalité des festivités. Je leur laisse donc le plaisir de le faire avec style et écœurement, ils y seront meilleurs que moi.
Donc avant de dégueuler des fleurs et des ours en peluche, j’ai envie de comprendre comment on en est arrivé là.

En route Cupidon !

Comme beaucoup de saints, Valentin est un religieux qui aurait effectué des tas bonnes actions en défiant la plupart des lois scientifiques existantes.
Dans la Rome antique où il ne faisait pas bon de contrarier les empereurs, Valentin décide de marier des couples de jeunes croyants contre l’avis de Claude II. En effet, ce dernier, pas très branché cathotrucs et cérémonies bidons avait avancé l’idée que les hommes étaient nettement moins efficaces au combat lorsqu’ils avaient une petite famille.  Dans le fond, il avait pas franchement tort, on peut pas dire qu’un soldat soit au top de sa productivité quand il doit quitter l’entrainement à 18:00 pétante pour diner avec bobonne.
Bref, Val (je me suis dit qu’en lui donnant un petit surnom intime il aura l’air moins concon) est arrêté et jugé, ça lui apprendra tiens.  Pendant son procès, il raconte devant l’empereur que le polythéisme romain est absurde et ridicule, que franchement c’est trop la honte d’adorer des dieux qui s’appellent Mercure ou Jupiter, que la seule et unique religion crédible est le catholicisme. En gros il annonce qu’il a convertit plein de gens en douce parce que la mythologie romaine est pleine de pêchés et de luxure.  Claude, bizarrement se sent un peu insulté et le condamne à mort.

"Il est susceptible ce Claudius quand même"

Pendant qu’il est emprisonné en attendant qu’on se débarrasse enfin de lui, Val, pour passer le temps, décide de faire un miracle. Il s’amourache de la fille aveugle de son geôlier et lui rend la vue pouf, comme ça. L’histoire ne raconte pas tout ce qu’il lui a fait dans un sombre coin de cellule pour qu’elle soit suffisamment traumatisée au point de déclencher le second placébo le plus efficace de toute l’histoire des croyants mythomanes (juste après « lève toi et marche »). Il parait qu’il lui offre aussi un bouquet avec un petit mot du genre « de ton valentin » dedans.
Personne ne se demande où il a eu le temps de cueillir des fleurs pendant son incarcération, ni comment une fille qui a été aveugle toute sa vie a appris à lire. Autres miracles, sans doute.
Bref, il demande aux simples d’esprits convaincus par ses dons de guérisseurs de convertir un max de monde avant d’être tabassé et décapité.

"Allez viens là que je te rende la vue"

Voilà, il fut canonisé pour l’ensemble de son œuvre plusieurs siècles après sa mort qui eu lieu, oh hasard, le 14 février 268. En gros, mardi prochain, vous allez célébrer le décès d’un illuminé qui s’est fait exécuter pour avoir converti et marié des jeunes fougueux pressés de consommer leur union. Valentin signifie d’ailleurs « santé et vigueur« , ce qui pourrait être aussi bien le slogan d’une marque de viagra que le titre d’un mauvais porno médical.

"Avec Val, tous à cheval !"

Dans le même élan, on a remplacé la Lupercalia (fête païenne de la fertilité, protégeant les femmes et le mariage en l’honneur de Junon et Lupercus) par la Saint Valentin, nettement moins hérétique mais un peu plus saine. En effet, la Lupercalia, concrètement, c’était un lâcher de nanas courant dans les rues pour échapper à des hommes à moitié à poils cherchant à leur filer des coups de ceinture pour assurer leur fécondité. On savait rigoler à l’époque !

Il faudra attendre le moyen-âge pour qu’on associe Val à la fête des amoureux, période de l’année où les jeunes tiraient au sort le nom de leur cavalier pour flirter avec (ça permettait de caser les moches). Pour la suite, on devine les déformations mi-folkloriques, mi-religieuses à travers l’histoire démocratisant officiellement le lien écœurant entre les couples et le 14 février.

Je n’ai pas trouvé de justification historique expliquant pourquoi on offre des boites de chocolats dégueus, fourrés à l’alcool ou au pralin-fudge ; cependant il est bien connu qu’on se tape plus facilement une femme après l’avoir gavée de sucreries.

Oh des chocolats ! Merci chéri !.. bah.. t'es déjà tout nu ?

Au passage, Val n’est pas que le patron des amoureux, mais aussi celui des épileptiques et des lépreux. C’est nettement moins glamour hein.

Liens : [1] [2] [3]

Les hommes ont appris la botte secrète du Ninja de la montagne Snorflhüg qui leur a permis de devenir des séducteurs aguerris. Ils règneraient en maîtres sur le monde de la drague si les femmes n’avaient pas  répliqué en créant moult notices d’utilisation à leur égard. Ainsi, de nombreux sites et auteurs d’ebooks-coaching (en général des scientifiques très pertinents dans leur approche, évidemment) se sont penchés sur la question. Quelques extraits, en vrac.

Premier conseil, mesdemoiselles : soyez gracieuses et distinguées.

Si les hommes peuvent aborder une femme en allant directement droit au but, les femmes doivent par contre marcher sur des pattes de velours et draguer avec tactique, délicatesse et subtilité au risque de tomber dans la vulgarité. Ce n’est pas sorcier, il faut simplement savoir comment les hommes pensent et prévenir leur réaction.

C’est simple les filles. Vous avez le droit de faire des avances à un homme, mais uniquement après avoir lu ses pensées et deviné par télépathie quel genre de conversation il souhaite avoir. Soyez délicates, mais pas trop, subtiles mais pas trop, anticipez, devinez, analysez, comprenez, évaluez, et peut-être, éventuellement, monsieur s’intéressera à vous. Lui par contre, il peut être vulgaire et indélicat, il a le droit. Pas besoin de jouer au mentaliste, il peut foncer vers vous, coller une main sur votre cul, un billet dans le décolleté de manière toute à fait légitime. Soulignons la vision pas du tout réductrice des capacités intellectuelles masculines

Laisse tomber, touche lui les seins plutôt.

 S’il commence à vous dévisager, faites mine de ne rien remarquer. Il ne supportera pas d’être ignoré et fera tout ce qu’il peut pour que vous vous intéressiez à lui. Regardez alors un autre homme que lui, intéressez-vous à la conversation d’un autre, discutez avec un autre… le défi, toujours le mot qui le motive. De plus, il pensera que c’est lui qui a pris l’initiative pour vous draguer.

… Ou alors il va aller voir ailleurs. Les gens avec un égo digne de ce nom n’apprécient généralement pas d’être ignorés. De plus, un homme qui s’acharne à vouloir séduire une femme qui va clairement voir ailleurs peut avoir l’impression de sombrer dans le harcèlement. « Fuis moi je te suis » dans la réalité, ça donne plutôt  « Suis moi et je fais une main courante ».

Soyez mystérieuse et naturelle.

C’est vrai que c’est naturel d’être mystérieux. En résumé, baladez-vous emmitouflée dans une grande cape noire avec un petit masque sur les yeux, mais sans maquillage.

Il faut néanmoins recourir à quelques astuces. Parlez le même langage que lui : attentif, imaginatif, réaliste, blagueur, rêveur, direct, romantique…. Adoptez ses mouvements et refaites les mêmes gestes que lui…

Tout à fait. Et habillez-vous, coiffez-vous comme lui. Avec un peu de chance, il vous emmènera dans son lit et il aura la merveilleuse impression de coucher avec lui même. C’est une technique imparable, tous les hommes rêvent secrètement de celle qui fera chavirer leur cœur en jouant les miroirs. Personnellement, je vais jusqu’à me laisser pousser la barbe comme celui que je veux me taper, c’est très efficace d’avoir des points communs.

En voilà une qui a tout compris

Il n’est pas toujours aussi « lourd » qu’il ne le paraît, car il a besoin de paraître viril, ne l’oubliez pas, même si cela souvent lui pèse

Ce qui est marrant avec les guides écrits par des spécialistes de la séduction, c’est qu’ils ne sont jamais dégradants, ni insultants. Car oui, l’homme est lourd, beauf, grotesque, vulgaire, bas, dégueulasse en gros MAIS ! Soyez indulgentes, c’est la société qui lui demande de faire du tuning et de regarder le foot en marcel, la canette de bière à la main et l’autre dans le slip kangourou. Tout au fond de lui même,  c’est un petit animal faible et touchant qui préfèrerait mater le patinage artistique en buvant une tisane pleine du fleurs. Qui l’eut cru.

Il est évident à présent que Jean-Robert aime la littérature yougoslave, la poésie romantique et les bébés pandas.

N’essayez pas forcément d’être une fille parfaite car une fille parfaite est ennuyeuse pour un homme, et les filles parfaites n’attirent pas les hommes. En effet, quand une fille est trop parfaite, parle trop d’elle, de sa beauté, de son maquillage, ses millions de copains qu’elle a eu, elle n’apparait pas comme une fille intéressante et attirante (…).

Intéressant. Non non, vraiment. Les sexo-spécialisto-coachologues de la séduction nous donnent ici une définition presque trop flatteuse de la femme parfaite. J’ai donc été ouvrir le Larousse (oui, un dictionnaire, objet pourtant disparu en même temps que les VHS et les gameboy color) pour y trouver la définition du mot « parfait » : Qui a toutes les qualités qu’on attend de lui.

Pour résumer, ce qu’on attend d’une femme dans l’idéal, c’est qu’elle monopolise la conversation de manière absolument nombriliste et superficielle (car oui, si vous suivez, ce sont des qualités pour une femme).  Vous devez, pour être parfaite être capable de tenir des heures de discussions intenses sur la couleur de votre vernis, le galbe de vos cuisses, et sur la distance approximative des kilomètres de bites par lesquelles vous êtes passées. C’est loin d’être poétique, mais le romantisme ne semble pas faire partie de la panoplie de la femme trop parfaite. De toute façon, aussi surprenant que cela puisse paraitre, le guide nous explique que les hommes préfèrent les filles pleines de vices et de défauts, qui ont d’autres préoccupation que les soldes chez séphora ou que de tenir à jour leur classement excel des meilleurs coups qu’elles ont eu.

Adoptez la Lady attitude et respectez la tradition. En gros : ne bougez pas. Si un homme vous plaît et si vous souhaitez faire plus ample connaissance, laissez-le venir à vous. La plupart d’entre eux n’apprécient pas que les femmes inversent les rôles.

Et donc, en suivant cette logique, préparez-lui à manger et faites sa lessive. Chacun son rôle.

Restez assise dans un coin, essayez par télépathie de contacter l’homme qui vous intéresse et attirez-le par la seule force de votre esprit. Car oui, on le sait toutes, les hommes qui nous plaisent viennent naturellement nous voir pour faire connaissance, sans même que nous ayons à lever nos fesses. C’est la moindre des choses.

Et oui, 5 heures après la fin de la soirée, Brigitte attend toujours que Gérard vienne lui offrir un verre. Le coaching séduction, ça marche.

Et parce que l’intellect des protagonistes dans ce type de conseil-séduction est mis en avant :

Un exemple, dans les rayons d’une boutique de musique : « C’est quoi la différence entre un ipod 20 ou 80 gigas ?». L’homme est programmé pour rendre service, en plus si vous le lancez sur un sujet technique, il en a pour des heures à vous en parler.

Je. suis. Fan. Non, mais sérieusement. Là, l’homme, affublé du gène serviable, attiré plus que tout par les demoiselles en détresse technique sera forcément séduit. Et là, il passera DES HEURES (minimim) à vous expliquer sa réponse, jusqu’à ce que l’idiote comprenne enfin les différences de capacités de stockage, il lui faudra bien ça. Parce que les hommes savent, pas les femmes.

En résumé. Si vous voulez séduire un homme, rappelez-vous ceci : Soyez naturelle mais imitez tout ce qu’il fait. N’oubliez pas que c’est forcément un gros beauf qui aime sûrement les chatons au fond de lui. Prenez-vous la tête, ignorez-le, attendez qu’il vienne vous voir ou posez lui des questions qui vous feront passer pour une inculte profonde.